Le coin des souvenirs



Cliquez sur une photo pour l'afficher en diaporama
Le pont suspendu 07.jpg
Les Forges.jpg
L'eglise et la mairie de Vireux Wallerand.jpg
Vireux Vins liqueurs.jpg
RN 51 vers le sud.jpg
Le -fond de Molhain-.jpg
Le pont suspendu 08.jpg
Le pont suspendu 01.jpg
Le pont suspendu 06.jpg
Monument au mort de Vireux Molhain.jpg
Les 2 Vireux - vue du mont Vireux 01.jpg
Haut de la rue Carnot Vireux Molhain.jpg
04 - L'Amical.jpg
Le chateau.jpg
Les 2 vireux photo aerienne 02.jpg
L'eglise de Vireux Molhain.jpg
Les 2 Vireux - vue du mont Vireux 02.jpg
Place de la mairie de Vireux Molhain.jpg
Le chateau en feu.jpg
Le pont pie.jpg
Rue Gambetta au -fond de Molhain-.jpg
02 - Inauguration de L'amical.jpg
Le pont suspendu 05.jpg
01 - Avant l'Amical.jpg
Le pont suspendu 02.jpg
La cite du Maroc.jpg
Les 2 Vireux - vue du mont Vireux 03.jpg
Vireux Wallerand - vue generale.jpg
RN 51 vers le nord.jpg
Le pont suspendu 03.jpg
Le pont suspendu 04.jpg
03 - L'Amical avec les pompes.jpg
Les 2 Vireux photo aerienne 01.jpg
La chier.jpg


Extrait du Nouvel Almanach des Ardennes illustré, 1997

"L'AMICAL" A VIREUX-MOLHAIN


Dans la traversée de Vireux-Molhain, un restau qui ne paie pas de mine mais qui cache bien son jeu : "L'AMICAL". Pour qui conjugue fine gueule et solide appétit - et budget serré. Cela fait beaucoup et bien que ce ne soit pas spécialement un lieu touristique, L'Almanach se devait de lui faire un billet à l'intention de ceux qui errent dans la Pointe, s'arrachant les cheveux devant le mystère de la poésie des menus affichés.

"L'AMICAL" propose un petit menu à 68 F, costaud, pour costauds : Boudin noir grillé à la normande, carré de porc rôti, fromage et dessert. Avec ça, on peut prendre son poids lourd ou faire un somme sur la couchette, comme on veut.

Nous avons opté pour le menu à 88 F qu'on peut assortir d'un quart de vin en carafe à 6,50 F et d'un cale pour ne pas dépasser - mais tout compris - le seuil fatidique du billet de 100 balles.

Plutôt que d'épiloguer, voici le choix proposé sachant que tout est extra et copieux : et d' une, en entrée : TERRINE MAISON (et vraiment maison, brune et grise comme il se doit, sans additif, du pâté comme peut-être votre grand-mère en faisait, corsé, haché gros, un régal) ou TETE DE VEAU RAVIGOTE (l'incontournable truc mode, mais revisité, avec ses légumes, copieux et super-présenté). Ou : JAMBON CRU DE VENDEE, ou CASSOLETTE DE MOULES A LA crème (moelleuse dans une sauce à se lécher les doigts, même si ce procédé ne fait pas très classe) ou FRISEE AUX LARDONS ou CERVELLE
D'AGNEAU GRENOBLOISE. Vous remarquerez, il aurait fallu se trouver à six pour tout goûter.

Ensuite, c'est pire ! J'énumère vite, et pourtant... ESCALOPE JURASSIENNE DEMICOQUELET AUX GIROLLES, LANGUE DE BOEUF BRAISEE AU MADERE, RIS D'AGNEAU A LA CREME, TOURNEDOS AU POIVRE, ESCALOPE DE SAUMON SAUCE CREVETTE, LOUE à L'AMERICAINE !!! Volaille, poisson, viande, abats, qui ne trouve pas son bonheur ?

Le temps de se plâtrer l'estomac avec un plateau de fromages bien à point et nous voilà devant une petite carte des desserts qui fait plutôt dans le rafraîchissant : glaces et sorbets, une tarte probablement, je ne me souviens plus. Pour les morfales, un savarin au rhum, ça, j'en suis sûr, et, pour brûler les graisses, un ananas au kirsch avec du vrai ananas et du vrai kirsch.

Il serait vain d'ajouter quoi que ce soit, sinon : <<J'ai bien mangé, j'ai bien bu, merci petit
Jésus>> (le chef, en l'occurrence) !


De Yves Kretneyer, Jean-Claude Mahy, Robert Cara et Daniel Casaphe


Haut de page


Résolution minimum recommandée: 800x600 | dernière mise à jour le 19/07/2017